Mark, l'un de nos voyageurs a visité Sicile et cela nous apporte ceci guide touristique composé de diverses destinations sur l'île merveilleuse. Cette section est dédiée à Palerme. Nous espérons que cela vous sera d'une grande aide!

Sur la photo suivante, la chapelle palatine, l'un des monuments les plus visités de toute la Sicile.

Récemment rénové par la compagnie d'assurance Würth, avec l'idée de «Restituer la chapelle palatine ai siciliani, all´Italia ed al mondo intero».

En effet, son plafond à caissons en bois, avec des mosaïques byzantines du XIIe siècle, ses murs recouverts de marbre et ses sols en mosaïque formant des figures géométriques, réalisent un très bel ensemble, qui attire des visiteurs du monde entier. Les mosaïques représentent des scènes de l'Ancien Testament avec une précision et une dextérité incroyables (certaines très risquées, par endroits un peu difficiles à voir).

Les stalactites qui forment le plafond à caissons sont uniques dans une église chrétienne et valent le détour. Les artistes musulmans ont travaillé en appliquant des techniques inconnues et plus typiques des mosquées. Il a été construit par Ruggero II en 1132, étant la chapelle de la cour. S'asseoir sur l'un de ses bancs et admirer calmement cette œuvre d'art est un réel plaisir.

La Chapelle Palatine est ouverte du lundi au samedi de 8h15 à 17h45 (dernier billet émis à 17h00). Les dimanches et jours fériés, de 8 h 15 à 13 h 00 (Dernière entrée, à 12h15). De 9 h 45 à 11 h 00, l'accès à la chapelle n'est pas autorisé lorsqu'il y a des fonctions religieuses. La visite de l'intérieur de la chapelle n'est pas guidée.

A la fin de la visite de la Chapelle Palatine, le deuxième étage (Appartements Royaux…) est accessible par un bel escalier en marbre rose.

Autres espaces muséaux:

  • Le mur punique
  • Lorsque vous quittez le mur, vous trouvez une librairie intéressante, que je vous recommande de visiter.

  • Le musée archéologique "Antonio Salinas".
  • Le cloître, où il est accessible. À l'intérieur, des vestiges archéologiques des cultures étrusque, grecque et romaine sont exposés (et curieusement un morceau de céramique de la région valencienne de Paterna - Manises).
    Le musée est un peu difficile à trouver, même si vous le demandez. J'ai demandé à un groupe de policiers, dans la Via Maqueda, à quelques mètres de leur emplacement et ils ne savaient pas. Ses trois étages d'étagères et de vitrines sont situés dans un couvent, l'Olivella, construit à la fin du XVIe et au début du XVIIe siècle. En 1866, son directeur fut Antonio Salinas qui en fit la promotion et lui donna l'air quasi définitif (d'où le nom, aujourd'hui, du musée).

    L'environnement de la fontaine est un endroit pour s'asseoir et se reposer, passer un bon moment. Pour les touristes, c'est une distraction d'observer et de photographier les tortues dans les eaux de la fontaine.

    À côté de la source précédente, il y a une petite salle d'incorporations récentes: une collection très intéressante de 8 amphores, un cratère récupéré chez des marchands d'art et les restes d'une épave, coulée à la suite d'une bataille en 241 av. C.

    Heures d'ouverture et prix des billets

    Heures de visite
    Samedi et dimanche de 8h30 à 13h30
    Du mardi au dimanche de 8h30 à 13h30 et de 15h00 à 18h30

    APÉRITIFS
    Grand public: 4,00 €
    Personnes de 18 à 25 ans: 2,00 €
    Résidents de la Province: 1,00 €

    Spectacles

  • Palais Royal (Palais des Normands).
  • Sur la photo suivante, la façade du Palais Royal (Palais des Normands), au premier étage de laquelle se trouve la Chapelle Palatine et au deuxième étage, les vestiges de la Muraille Punique (déjà vue précédemment).

    Ce palais est construit sur des vestiges puniques, sur un bâtiment défensif arabe du IXe siècle. Et c'est Ruggero II qui a ordonné sa construction en 1.130. La visite du Palazzo dei Normanni, peut se faire entre 8h15 et 17h15, au prix de 8h50 €, y compris dans l'entrée, la visite de la Chapelle Palatine, les Appartements Royaux, la Chambre du Roi Ruggero et le mur punique.

    Au 2ème étage il y a une salle du Parlement sicilien.

    Toujours dans le même bâtiment, près de l'entrée du mur punique, il y a une salle dédiée aux expositions temporaires, en particulier la salle Luca di Montalbo, que nous incluons ici car lors de l'achat de l'entrée du palais des Normands, y compris la chapelle palatine et les appartements Réels (au prix de 8h50 €, comme nous l'avons déjà dit), ils vous obligent, pratiquement, à acheter le billet pour le "Mostrasul ¿Transisionismo?" La force expressive de la matière, avec la participation des artistes Barbará Bou chet et María Mantegna.

    Le prix du billet: 1,50 € (vendu en même temps que le billet de la Chapelle Palatine).

  • Place Pretoria.
  • Ainsi appelé, car le prétoire, le palais municipal, l'hôtel de ville s'y trouvent. Si nous faisions une croix figurative, avec un axe horizontal qui allait du théâtre Garibaldi, dans la Plaza Ruggero Séptimo et avec un axe vertical, dans la partie supérieure de laquelle, il y aurait la nouvelle porte et dans la partie inférieure, la porte heureuse et le port (très ensuite) au centre de tout, du Palerme monumental, artistique et visitable, il y aurait la Plaza Pretoria, avec sa fontaine. (De cela, avec les noms des rues et avenues nous parlerons plus largement dans: Tour et opinion). La fontaine a beaucoup d'histoire, sa construction a été ordonnée en 1.555 et sa destination n'était en aucun cas ce qu'elle a aujourd'hui. Il était destiné à une majestueuse villa de Florence. Mais à 1.575, il est à son point actuel. Et entouré de quoi? Bien des églises, y compris les plus proches, la liste serait plutôt longue. Et il a subi toutes sortes d'attaques, y compris des amputations des organes sexuels masculins. (Ils disent qu'ils ont été produits par les religieuses des couvents voisins) et populairement, il est connu comme la fontaine de la honte. C'est l'œuvre de l'artiste florentin Fco Camilliani. Actuellement en cours de restauration (depuis 1998).

  • Les quatre coins
  • Quattro Canti, aux quatre coins, sur la Plaza Villena, au confluent des deux artères principales de la ville (Vittorio Emanuele et Maqueda), très proches, "collées" à la Plaza Pretoria, avec sa fontaine et ce qui a été dit en cela séparés par sa situation géographique importante.

    Ici, à ce carrefour, dans le centre historique et baroque de la ville, le problème de la circulation et du bruit ... Le meilleur, à protéger.

    Quatre coins, quatre bâtiments, quatre fontaines, disons en partie basse, de chacun des bâtiments, dédiés et représentant les quatre saisons de l'année. Quatre statues de rois espagnols, dans les recoins du premier étage. Plus précisément: Carlos V, Felipe II, Felipe III et Felipe IV, (donc, certains ont pu voir, dans cette place, la matérialisation de l'occupation espagnole sous son règne.) Et enfin, dans les niches du deuxième et dernier étage, le statues des saints de la ville, plus précisément: Santa Cristina, Santa Ninfa, Santa Oliva et Santa Águeda.

    Et aussi, les deux routes mentionnées tant de fois (via Maqueda et via Corso Vittorio Emanuele), qui à leur intersection, forment quatre quartiers: Palais Royal, Oreto, Catellammare et Mezzomonreale.

    Et dans les quatre coins, les colonnes ont trois ordres architecturaux grecs: ionique, dorique et corinthien.

    Pour voir les photos des deux bâtiments restants, vous pouvez visiter ce qui suit galerie de photos.

  • Porte heureuse
  • Sur la photo suivante (et aussi, sur une photo plus tardive où on peut la voir de la mer ...), la Happy Door, la porte du bonheur ... On dit que l'aristocratie, qui voyageait en calèche, a ordonné ici à leur cocher d'éteindre le Des phares et des masques de véhicules leur étaient proposés, puisqu'ils venaient à la rencontre de leurs amants, recherchant l'anonymat et la discrétion. Une autre version est qu'il a été commandé pour être construit par un vice-roi de Naples et qu'il a mis le nom de sa femme, Felice, sur la porte. Aussi et curieusement, ce vice-roi était célèbre dans la ville pour ses infidélités et ses aventures constantes.
    De nos jours, comme il est situé au bout de la Vía Corso Vittorio Emanuele, à côté de la mer, c'est un endroit très animé pour les habitants de Palerme. Face à la mer, à droite se trouve un lieu paysager très fréquenté par les familles. La Via Foro Italico Umberto I à San Erasmo (dans Natural Places, il y a une photo). Et aussi, en regardant la mer, à gauche, dans l'autre sens, le port. Curieusement, c'est dans cette zone que l'on a entendu le plus de sirènes (de la police et des pompiers) et où les accidents de la route étaient les plus fréquents. (Nous en reparlerons plus tard).

  • Nouveau portail
  • Situé à une extrémité de la ville, plus précisément au bout de la Via Vittorio Emanuele, en passant par les Quatre Coins, la Cathédrale (à droite) et le Palais Royal (à gauche). C'est un espace, une fois passé la Porte, comme plus clair et respiré d'une manière différente. Il y a des petits bars et cafés, avec leurs terrasses et il est conseillé de s'asseoir et de se détendre, après le baroque et l'hôtesse de l'air de la visite.

    Il a été ordonné d'être construit pour célébrer la victoire du roi espagnol Carlos V.Et ils disent que c'était dedans, à son avis de la ville en 1535.

    Via Vittorio Emanuele et en passant par cette porte, la Nouvelle, vous atteignez Monreal, où vous pourrez admirer un chef-d'œuvre de l'art arabe normand, le Dôme, qui comprend également un monastère, le palais royal, le palais de l'archevêque et le séminaire de Monaguillos.

  • Egalement des lieux anonymes
  • Quelque chose qui retient votre attention, dans un lieu de passage. En marchant en direction du Port, nous trouvons cette façade sur une route assez fréquentée, sur laquelle je ne vais pas commenter, mais qui a retenu mon attention.

    Palerme est la ville des contrastes, à côté de grandes routes, avec de somptueux palais et demeures aristocratiques, dès que vous tournez, dans n'importe quelle rue secondaire, vous vous retrouvez avec la détérioration, la saleté et la subsistance pure ... Vous vous demandez si l'endroit est habité, vous vous réparez un peu et pensez ainsi.

    Dans le passé, lorsque la Dolce Vita, la noblesse accumulait richesse, propriété et titres, tandis que la classe inférieure passait un très mauvais moment.

    Il y a aussi des quartiers de la ville où subsistent des vestiges de la Seconde Guerre mondiale, dont ils ne se sont pas encore remis des ravages.

    Espaces religieux

  • Cathédrale
  • Compte tenu de sa grandeur, il a subi une série de modifications et de changements au cours de sa longue histoire: Construit en 1184 par Mgr G. Offamilio, ne voulant aucun autre bâtiment pour l'éclipser et consacré en 1185. Au XNUMXème siècle, la façade a été achevée; l'intérieur est très similaire à celui actuel, il date du XNUMXème siècle. La tour est également de cette époque. Si l'on regarde la photo précédente, son extérieur est de proportions impressionnantes et énormes, son intérieur, en marbre, est autre chose, rien ne vaut la peine d'être souligné. Il garde les tombes des rois normands, des vice-rois de Sicile et des empereurs de la famille Hohenstaufen. Mise en valeur du tombeau de Constanza de Aragón (avec sa couronne d'or et de pierres précieuses).

    L'entrée est gratuite et ses horaires sont les suivants:
    Du lundi au samedi de 7h00 à 19h00
    Dimanches et jours fériés de 8h00 à 13h30 et de 16h00 à 19h00
    Pour entrer voir son trésor, vous devez payer: 2,00 €

    Plus de photos et d'informations de la cathédrale dans ce galerie de photos.

  • Maria de la Catena
  • Situé très près de l'endroit où le marché du dimanche est installé (voir ci-dessous); aussi, il a d'excellentes vues sur le port. En raison de sa proximité avec lui et du fait qu'en son temps il y avait une chaîne qui servait de séparation entre le port et la crique. Oeuvre de l'artiste M. Carnalivari.

    Ouvert au public pendant les heures normales de culte religieux.

  • Santo Domingo
  • Près de la route Rome et à proximité des établissements commerciaux modernes et où commence le marché de Vucciria.

    Du lundi au vendredi, il est ouvert de 8h00 jusqu'à la fin de la messe de 12h00. Et le week-end, de 8h00 à 14h00 et de 17h00 à 20h00 Le cloître mérite d'être visité, il est très beau.

  • Le Martorana
  • La tour (voir photo suivante) avec fenêtres à meneaux a été construite en 1143, commandée par Jorge de Antioquia. Le côté de style baroque et la façade ne sont terminés qu'au XVIIe siècle.

    Au début du XIIIe siècle, le culte grec était officié; en 1433, Alfonso de Aragón l'a donné à un monastère chrétien très proche et aujourd'hui le culte orthodoxe est célébré. (C'est le lieu préféré des couples à Palerme, pour se marier selon ce rite. J'ai eu l'occasion d'assister à un mariage, cela coïncidait avec ma visite à l'église et j'y suis resté).

    Les heures de visite pour voir la Martorana sont de 8h30 à 13h00 et de 15h30 à 17h30. Les dimanches et jours fériés, de 8h30 à 13h00, avec messe à 10h00. Cela vaut la peine d'aller faire un don qu'ils vous demandent d'entrer.
    Les mosaïques du dôme sont exceptionnelles et méritent d'être observées calmement, s'asseoir sur un banc et les contempler. Une mosaïque se détache où le roi Ruggero II est représenté, vêtu de ses plus beaux habits, couronné par le Christ en tant que fondateur de son Église.

  • Saint-François d'Assise
  • Harmonieuse et belle église du 1277ème siècle, achevée en XNUMX, avec la façade du XNUMXème siècle, qui apparaît sur la photo ci-dessous, où se détache sa rosace artistique (récemment restaurée).

    Les heures de visite sont du lundi au vendredi de 10h00 à 17h30 et les week-ends et jours fériés, de 7h00 à 13h00. À l'intérieur de l'église, il convient de souligner la représentation des huit vertus, dans les statues de G. Serpotta.

  • Saint Jean des Ermites
  • En quittant le Palais des Normands, en revenant au centre-ville, vous tombez sur cette église et le panneau sur la photo suivante. Une petite aumône, comme billet pour voir une belle vue depuis le clocher et même s'asseoir pour méditer (je me souviens de l'expression et de l'attitude d'une japonaise qui a passé un bon moment dans cette attitude). Ils vous fournissent un casque, qui vous manque au début, mais qui est très utile à la montée, vu son étroitesse, mais surtout à la descente. Je n'ai pas compté les «bosses». Il a été construit en 1132.

    Si vous voulez voir les vues du haut du clocher, vous pouvez visiter la galerie. Ici vous pouvez voir ses cinq dômes rougeâtres, la cathédrale, le palais royal et une belle vue sur les toits de Palerme.

    Les heures de visite sont les suivantes: du lundi au vendredi, de 9 h 00 à 19 h 00 et les jours fériés de 9 h 00 à 14 h 00.
    Vraiment, montez, ça vaut le coup. C'est une bonne application de votre temps ...

  • San Cataldo
  • Très proche de l'église d'une autre église normande (dont nous avons déjà parlé: La Martorana), pleine de croix rouges. Je demande à la fille à la porte à propos de cette croix. Il me dit que cela correspond à l'Ordre Royal des Chevaliers du Saint-Sépulcre de Jérusalem. Sur l'entrée numérotée, cette croix figurait également, mais pas le prix; Don suggéré: 1,50 €. Bien employé.
    Dans "une étendue de terre" se trouvent la Plaza Pretoria, avec sa fontaine, la Martorana et San Cataldo.

    Les heures de visite, du lundi au samedi, sont de 9h00 à 14h00 et de 15h30 à 19h00.
    Si vous voulez voir la photographie de la croix qui préside l'autel, vous pouvez visiter le Galerie de photos de San Cataldo. (Et si vous regardez de plus près, vous verrez sous la croix, les armoiries des Chevaliers du Saint-Sépulcre. L'Église est le siège de l'Ordre.)

    Théâtres

  • Théâtre Politeama Garibaldi
  • Sur la photographie, le Garibaldi Politeama, conçu par l'architecte GD Al meyda en 1866, de forme néoclassique et enceinte incurvée, surmonté de cavaliers à cheval.

    Ce serait une autre fin de ma tournée théorique en forme de croix. La nouvelle porte, la porte heureuse, la gare centrale et le théâtre Garibaldi, où j'ai commencé ma visite de la ville. Au centre de cette croix: Plaza Villena, avec les quatre coins et la Fontana Pretoria. Sur la photo suivante, la façade du théâtre Bellini (maintenant un restaurant).

  • Théâtre maximum
  • Il peut être visité du mardi au dimanche, de 10h00 à 14h30.

    Si dans le théâtre précédent (le Garibaldi), les cavaliers de bronze se démarquaient, ici leurs lions se détachent sur les côtés, comme s'ils étaient leurs gardiens.
    Dans la photographie suivante, une affiche pour un Teatro de Pupi Siciliano (Théâtre de marionnettes à gants et à cordes: Pupis). Aussi des silhouettes.

    Marchés

  • Marché Vucciria
  • Probablement le plus attachant et royal des marchés de Palerme. Tout ce que vous pouvez imaginer, du Palerme de toujours. Des lunettes de vue aux tampons en caoutchouc de la Gestapo. Tout utilisé.
    Il part, comme nous l'avons déjà dit, de l'église de San Domingo (sur la Plaza de Sto. Domingo) et se prolonge par les ruelles voisines.
    J'ai visité ce marché accompagné de trois jeunes étudiants italiens d'espagnol (l'un d'eux y avait «grandi» et son père possède un magasin de chaussures); Je me souviens de son expression quand il m'a dit: Très, très prudent avec le sac à dos. Et son geste pour moi de le mettre sur ma poitrine et non sur mon dos. La vérité c'est que ça semblait un endroit assez calme, la marchandise arrête d'inonder la rue, les gens de tous âges buvant quelques bières sur les terrasses des bars ... Mais bon, le sac à dos est parti ...

    Vraiment à voir absolument. Outre la viande, le poisson, toutes sortes de sandwichs, soupes et sucreries, il y a de curieuses reliques de la région. L'horaire, je ne pourrais pas le dire, je n'ai pas demandé non plus.

  • Marché du dimanche
  • Le sentier de Palerme, avec divers objets, pour ceux qui aiment visiter ce type d'environnement.
    Sur la photo suivante, nous voyons un «poteau» du Rastro.

    Paysages naturels

  • Jardin botanique
  • Une des promenades du jardin botanique de Palerme.

    Les responsables du Jardin botanique vous disent avec satisfaction qu'il s'agit d'une institution ouverte au public, qui dépend hiérarchiquement de l'Université. Le Jardin représente la structure éducative et scientifique la plus importante du Département des Sciences Botaniques et il est également à l'origine du développement de la botanique depuis 1795, date de l'inauguration du Jardin.
    L'origine du jardin remonte à 1779, date à laquelle l'Académie des études royales a été créée à Palerme, ce qui correspond à ce qu'est l'université aujourd'hui. Il étudie particulièrement les plantes médicinales en profondeur, tant dans leurs aspects pédagogiques que pratiques. Il convient également de noter son importante collection de graines et de fruits.
    Très agréable à visiter pour les amoureux des plantes, avec un horaire de 9h00 à 20h00 (d'avril à octobre) et de 9h00 à 17h00 (de novembre à mars). Ces heures du lundi au samedi. Et le dimanche, toute l'année, de 9h00 à 14h00 Le prix du billet est de 4,00 €

  • Villa Julia
  • Un autre espace vert important dans la ville et à côté du jardin botanique. Il constitue un espace ludique pour les habitants de la ville, où se tiennent toutes sortes de fêtes et même conventions de partis politiques, car «… toutes les plantes que j'avais l'habitude de voir, emprisonnées dans de grands pots, vivent belles et libres, sous le ciel libre ». C'est ce que Goethe écrivit en 1787 dans son voyage en Italie et se référant à l'espace physique, composé du jardin botanique et de la villa Julia, ainsi nommée parce qu'elle avait été ordonnée par le vice-roi Nicolò Palma, en l'honneur de sa femme Giulia.

  • Le port et les zones voisines
  • Si nous descendons la route Corso Vittorio Emanuele (dont nous avons tant parlé), en laissant de côté l'église de S. María de Catena et en passant par Porta Felice et en tournant un peu à droite (dans le sens de notre marche ), vous vous trouvez un endroit parfait pour vous asseoir et avec toute la tranquillité du monde, prendre un cappuccino et parcourir les journaux locaux.

    Juste en face, se trouve la mer Tyrrhénienne, où les Carthaginois, les Phéniciens (d'où son nom: Panormos, qui signifie port), les Arabes ont navigué (il y avait tellement de bâtiments qui ont été construits, qu'un voyageur est venu appeler Palerme la deuxième Médina ), Normands et Espagnol. Je tourne à ma droite, laissant la mer sur ma gauche. L'endroit m'invite à me détendre un peu plus et à me reposer, quelle que soit la météo. La promenade est bordée de bancs décorés de pois multicolores. Certains d'entre eux gardent même une sorte d'oreiller, qui vous invite à vous allonger et à vous reposer encore plus. La vérité est que tout est calme ici.

    Revenant sur la promenade, je me dirige vers La Cala et le Port. Je marche vers le nord, en bordure de la mer, laissant Porta Felice et l'église de S. María de Catena sur ma gauche. C'est la vue qui apparaît sur la photo suivante. Vous pouvez voir les bateaux amarrés et le Monte Pellegrino plus loin en arrière-plan. Ici, le panorama est déjà différent. Les voitures voyagent à une vitesse très élevée. Les bips du même, les sirènes des ambulances sont plus fréquentes, même que dans le Cuatro Esquinas, le centre de la Palerme historique et baroque. Ici j'ai été témoin de deux accidents de la circulation (une bonne bosse entre deux voitures et aussi entre une voiture et un cyclomoteur). Ici, en plus d'effrayer le trafic, si vous entrez un peu dans le quartier portuaire, des constructions modernes au goût douteux coexistent avec des constructions anciennes et populaires, qui rendent encore visibles les dégâts et les effets causés par la dernière guerre.

    Comment s'y rendre ... et se déplacer

    Je suis arrivé le troisième jour de mon séjour en Sicile. Cela venait de Trapani. Vous allez à la gare de Nice et demandez l'horaire du train pour vous rendre à Palerme. Et ils vous disent qu'une partie en bus (à Piraineto) et le reste en train, à Palerme. Vous vous asseyez dans le petit bar de la gare, un rassemblement animé a lieu aux tables à côté d'eux et ils vous incitent à vous rapprocher. Le responsable des lieux est très sympathique. Les cheminots viennent, d'autres voyageurs ... Jusqu'au départ. Le billet, un "biglieto une triche chilome fasce" de 200 km. Il coûte 10,10 €. Le voyage, un curieux petit tour: Las Salinas de Trapani (avec son moulin), Masala, Alcamo, Cinisi (où se produit un très beau coucher de soleil), Villagrazia de Casini,… et Piraineto.

    Comme l'arrivée à Palerme, à sa gare centrale, était proche, un commentaire que m'ont fait les personnes qui avaient fait le voyage ensemble depuis Trapani, que j'étais très prudent avec mon sac à dos et mes poches, car les vols et les secousses y sont fréquents. Eh bien, il m'a semblé être une gare assez propre, avec un service de consigne et des distributeurs automatiques de billets fonctionnels, avec la possibilité de faire tout le processus, en espagnol. Eh bien, dans cette section. Je suis venu un peu fatigué du voyage, qui a été long, et je décide de prendre un taxi. Je lui dis: à Baia del Corrallo, où j'avais réservé mon logement, le chauffeur de taxi parle à d'autres collègues qui se trouvaient au même arrêt, près de la gare et dit: "35 euros. Aussi. La vérité est que l'expérience est curieuse, pourquoi? Eh bien, à cause de la vitesse qu'elle pouvait atteindre, parce qu'elle évitait les passants dans les passages pour piétons; parce que les feux de signalisation et les "arrêts" étaient indicatifs et ... parce qu'il avait la radio allumée (Inter jouait, dont il était un "fan"), la station de taxi sonnait assez fort et il parlait fort sur le téléphone portable . Et il m'expliquait, les incidents des trois. Eh bien, à la fin du voyage, il m'a donné une brochure, avec un "Benvenuti a Palermo", où il a offert la possibilité de faire un tour de la ville en taxi, d'une durée approximative de 3 heures et d'un prix de 120,00 €. Et aussi, il a indiqué la possibilité de le faire en calèche, avec un prix de 80 € et une durée de 1 heure. Lors de l'utilisation du service de taxi, il est conseillé de négocier, à l'avance, le prix à payer pour le trajet. Les taxis sont généralement pris à leurs arrêts (à côté des principaux monuments) ou par téléphone. Quant aux bus, ils sont pratiques et ont tendance à circuler sur les routes principales à travers des espaces réservés, fréquemment envahis par les cyclomoteurs et les voitures. Le prix de chaque billet est de 0,85 € et s'achète aux «tabacheries». Il est valable 90 minutes, à partir de l'embarquement dans le bus, à partir de la première validation. Il a une sanction de 52,00 €, "per biglietto non convalidato". En outre, ils vendent des billets pour une journée entière.

    Hébergement

    Pour un de mes problèmes particuliers, j'ai séjourné au Baia del Corrallo (à 12 km du port de Palerme). A cette époque, c'étaient les fêtes locales, en l'honneur de San Cosme et San Damián. L'endroit est très agréable et l'endroit est calme.

    Une anecdote d'une personne que je connais, qui vit à Baia de Corrallo. Il est passé d'Erasmus à Valence, l'année où l'Italie a remporté le championnat du monde de football. Et il m'a dit que les deux fois où il a pleuré le plus de sa vie étaient là. Le premier, quand il est arrivé, parce qu'il ne voulait en aucun cas rester et le second, quand il était temps de rentrer, parce qu'il ne voulait pas rentrer.
    Où dormir?. Palerme compte plus de soixante-dix hôtels, qui, avec les auberges de jeunesse, les résidences étudiantes (qui offrent leurs places gratuites lorsqu'ils sont en vacances) et les maisons privées, qui vous proposent leurs chambres, plus ou moins adaptées et cosy, ils ont un bon nombre de lits. Comment choisir? Eh bien, nous pouvons quitter la zone. Ou mieux, où ne pas rester. Nous pourrions éliminer la zone de la gare, le port et ceux à côté du marché Vucciria. Et recommandé, comme les zones proches des monuments, tels que le Teatro Máximo et Cuatro Esquinas. Donc, quoi que vous souhaitiez visiter, vous l'aurez à un pas. Sur Internet et / ou dans des guides imprimés (il y en a plusieurs qui vous donnent des informations détaillées), je pense que c'est une tâche facile.

    Information touristique

    Il y a un certain nombre de lieux d'information touristique, dispersés dans la ville, à des endroits tels que la place du Parlement (très proche du palais des Normands), la place Bellini (près de l'église de S. Cataldo et de la Fontana Pretoria), le Gare centrale, via Cavour (à côté du théâtre Massimo), Port (Vía del Mare, sur la jetée de Piave), place R. Settimo (à côté du théâtre Politeama Garibaldi). Aussi à Sferracavallo (Via Torretta). Les horaires d'ouverture au public sont les suivants: De 9h00 à 13h00 et de 15h00 à 19h00, du lundi au samedi.

    Nous joignons un plan de la ville de Palerme. Et essayons d'y placer, au sommet, la cathédrale, San Juan de los Ermitaños, le palais des Normands et la nouvelle porte. Dans la partie inférieure, l'église de S. María de Catena, Puerta Feliz et La Cala. A gauche, la gare centrale et à l'opposé, à droite de cette croix imaginaire, le théâtre Politeama Garibaldi.

    Dans cet espace que nous avons créé, on peut dire qu'il y a tous les espaces d'intérêt dont nous avons parlé. Et au centre, les quatre coins, avec les quatre quartiers dans lesquels la ville est divisée.

    Visites et avis:

    Ma zone d'intérêt était la visite des zones monumentales et artistiques de la ville de Palerme. J'avais "dessiné" de moi avant mon arrivée, ce que je voulais contempler. Monuments arabo-normands tels que: Palais des Normands, Chapelle Palatine, Cathédrale, etc. Aussi, un itinéraire gothique-Renaissance, avec la Fontana Pretoria et l'église de San Francisco de Asís, et enfin, un itinéraire baroque, avec la Plaza Villena (Cuatro Esquinas), l'église de S. Cataldo, l'église de S. Juan des Ermites et de la Martorana. Et avec les axes routiers susmentionnés, Corso Vittorio Emanuele et Vías R. Settimo, Maqueda (et son parallèle Vía Roma, avec des établissements commerciaux modernes). Ce sont au moins cinq jours de visite et de s'asseoir pour manger, prendre une bière ou un cappuccino, dans des endroits où vous pouvez voir la ville passer devant vous et observer son trafic chaotique, les gens passant par les passages piétons, observant le nul respect de l'automobiliste ou de l'automobiliste pour le piéton. Je ne suis pas allé à Monreale, relativement proche du centre-ville (un bus de ville peut vous rapprocher). Cela vaut peut-être la peine de revenir en arrière. Pendant mon séjour, j'ai apprécié deux visites à la chapelle palatine. Un autre endroit pour ceux qui aiment l'archéologie (mon cas) est de visiter le musée archéologique et d'y consacrer une matinée entière, puis de s'asseoir sur une terrasse voisine et de passer en revue le matériel abondant que les gens de la réception du musée me fournissent gentiment. Aussi, visitez la Martorana deux fois… Faire le tour de la Crique et du Port, avec leurs établissements un peu différents du centre-ville, est distrait. J'ai également passé un bon moment avec une température agréable et j'ai pu profiter du soleil. Je suis passé et suis tombé amoureux de la ville de Palerme et de ses habitants ...
    Palerme est la capitale de la Sicile et en 1787, JW Goethe écrivait: "L'Italie sans la Sicile ne produit aucune image dans l'âme, voici la clé de tout".
    L'avant-dernier jour du voyage, je suis allé sur l'île d'Ustica (voir le prochain et dernier épisode du Guide de voyage en Sicile). Et il a dû quitter la Sicile et rentrer chez lui. Avec Terravision (www.terravision.eu), une compagnie de bus, avec un arrêt à la Plaza de la Estación de Ferrocarril, au coin de la Via Roma, ils sont partis pour l'aéroport de Birgi (près de Trapani, comme je l'ai dit). Un service exclusif pour les passagers de l'entreprise Ryanair. Pour être emmené à l'aéroport, en plus du billet (au prix de 12,00 € le trajet Palerme - Aéroport Birgi), ils vous ont demandé la carte d'embarquement.
    Et donc, sans autre incident, le retour, après avoir passé quelques jours inoubliables et avoir envie de revenir. Avec une question: Combien me reste-t-il à voir?.